Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 01

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2008 Lettre d'information n° 01 Anne-Marie Kermarrec distinguée par l'ERC
Document Actions

Anne-Marie Kermarrec distinguée par l'ERC

Le Conseil européen de la recherche lui attribue une subvention "jeune chercheur" pour monter une équipe qui ira explorer de nouvelles formes de navigation au coeur des communautés numériques.

 

Créé en 2006, l'ERC a pour mission de stimuler la recherche exploratoire (1) en finançant des projets portés par les meilleurs chercheurs européens. 10 000 d'entre-eux avaient candidaté. 3% ont été sélectionnés. Parmi eux : Anne-Marie Kermarrec, chercheuse au centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique. Elle décroche une enveloppe de 1,2 M€ pour constituer une nouvelle équipe de recherche.

Son projet s'appelle Gossple. Et si cela sonne comme Google, ce n'est pas tout à fait un hasard. Postulat de base : le célèbre moteur de recherche fait très bien son travail. Mais il ne répond pas à toutes les demandes. "Cherchez une baby sitter anglophone sur Rennes par exemple.  Et bien c'est pratiquement impossible. La requête retourne des réponses qui présentent peu de rapport avec ce qu'on recherche vraiment. Pourtant parmi les étudiants anglophones, beaucoup auraient pu être intéressés. Mais une telle proposition n'est pas parvenue jusqu'à eux. Ils n'ont pas l'information et ils ne se sont pas fait connaître", explique Anne-Marie Kermarrec.

A cet échec, il existe des raisons structurelles. Tout d'abord, une grande partie des contenus en ligne échappe aux indexeurs. L'Internet ne se résume pas à un annuaire de pages web. Ses utilisateurs interagissent au sein de multiples réseaux décentralisés et totalement dynamiques qui vont de l'échange de fichiers en Peer-to-Peer (2) à la discussion informelle (chatting). Cette superposition de connexions fugaces demeure terra incognita pour les moteurs de recherche.  Ensuite, "dans notre exemple, aucun étudiant n'avait réalisé sa page web pour proposer ses services. Google ne pouvait donc pas indexer une information qui n'existait pas au moment demandé." Conséquence : il faut opter pour "une approche radicalement nouvelle et asynchrone". Une des gageures : laisser du temps à la demande pour qu'elle remonte auprès des utilisateurs potentiellement détenteurs des réponses.

"L'idée, c'est de dire qu'à chaque fois qu'on est dans un réseau, on est un profil, on est défini par un jeu de préférences. On se trouve connecté à un voisin. Et quand on connaît ses voisins, on effectue une communication avec eux." C'est toute la puissance de ces affinités sociales sur le réseau que Gossple va tenter d'exploiter. Comment ? Principalement en utilisant des algorithmes épidémiques pour transmettre des informations aux utilisateurs en fonction des profils définis. Dans l'exemple du baby-sitting, la requête effectuée se transforme en un "objet Gossple" qui va cheminer avec pertinence vers des utilisateurs potentiellement intéressés. Au final, Gossple ne s'intéresse donc pas tant à l'indexation de données, qu'à ce qu'on pourrait appeler la navigation collaborative.

La subvention ERC permettra de financer une équipe de 4 à 5 chercheurs pendant 5 ans. Elle donnera lieu à des publications scientifiques. Mais "l'évaluation de ce genre de travaux n'est pas évidente. Donc, pour matérialiser cette recherche académique, mais aussi pour mener une approche itérative, nous allons fabriquer très vite un logiciel expérimental : un prototype avec une interface simple pour inviter l'internaute à tester et démontrer la complémentarité avec Google." Le travail consistera ensuite à améliorer l'outil en fonction des problèmes véritablement rencontrés sur le terrain. "Ce qui me plairait, c'est de voir se créer une communauté d'utilisateurs de Gossple. Je crois fermement que ce logiciel aura un vrai impact sur les futurs usages de l'Internet."

 

Notes

(1) Baptisé Idées, il s'agit d'un des 4 programmes spécifiques du 7ème Programme Cadre de Recherche et de Développement (PCRD) européen.

(2) Aussi appelés P2P ou Pair-à-Pair, ce protocole permet de constituer des réseaux décentralisés où les ordinateurs sont à la fois clients et serveurs. Ils permettent par exemple l'échange de fichiers musicaux ou le calcul réparti.