Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 02

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2009 Lettre d'information n° 02 Kerlabs démocratise les supercalculateurs
Document Actions

Kerlabs démocratise les supercalculateurs

En développant une solution de grappes basée sur un logiciel libre, la jeune start-up incubée à l'Inria-Rennes offre aux PME des puissances de calcul jusqu'alors hors de portée. Rencontre avec son président Dominique Loucougain.

En introduisant une solution de grappe de calculateurs fondée sur la technologie "Kerrighed", Kerlabs, jeune start-up rennaise, met à portée de toutes les entreprises les technologies de clustering et propose ainsi une réelle alternative aux « architectures en silo ou virtualisées » actuelles, et ceci avec des puissances de calcul jusqu'alors hors de portée des budgets des entreprises. Explication.

En anglais, on appelle cela le High Performance Computing : le HPC. Son image d'Epinal : la grosse machine informatique dans laquelle vrombit un monstre de puissance. Mais la réalité a changé. "En l'espace de 6 ans, plus de 80% du parc du Top500, c'est-à-dire les 500 plus gros  calculateurs mondiaux, est désormais constitué de clusters. Ceci préfigure les prochaines architectures informatiques d'entreprise" explique Dominique Loucougain, président de Kerlabs. Traduction : ce n'est plus une grosse machine qui effectue le travail, mais toute une batterie d'ordinateurs des plus modestes interconnectés les uns aux autres, qu'on appelle grappe de calculateurs (ou cluster).

L'avantage ? "Le premier est d'ordre économique. Les grappes de calculateurs ont permis de casser la barrière-prix imposée par les super-calculateurs." L'inconvénient ? Jusqu'à présent, l'administration et l'exploitation des grappes de calculateurs était complexe, voire même "ingrate et casse-pieds tant pour les administrateurs systèmes que les utilisateurs et surtout bloquait l'introduction des clusters dans le monde des entreprises", confirme Renaud Lottiaux, l'un des fondateurs de la société. Sa thèse de doctorat est l'origine directe du projet Kerrighed. Ce logiciel "est la solution à la complexité des opérations courante d'exploitation des clusters et aux coûts d'administration induits", précise Dominique Loucougain.

L'affaire débute en 1997, dans les laboratoires du centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique. L'idée : virtualiser la gestion des grappes de calculateurs. Il s'agit de donner à l'utilisateur l'impression qu'il n'a affaire qu'à une seule machine. On appelle cela un système à image unique (en anglais : SSI). Ces dix ans de recherche vont aboutir à la naissance de Kerrighed, "un OS à image unique fondé sur Linux".

Son but ? Faciliter la vie des utilisateurs et des administrateurs systèmes. Ces derniers n'ont plus à gérer beaucoup de petites machines, mais uniquement une seule machine. En fait, Kerrighed s'occupe de tout : Il agrège les ressources informatiques : processeurs, mémoires, entrées/sorties... équilibre et répartit dynamiquement la charge de travail sur les différents noeuds, supporte l'ajout et le retrait à chaud de noeuds de calcul  ceci afin de pouvoir effectuer des opérations de maintenance programmée sans interruption de service...

"Nous avons consacré notre première année d'existence à industrialiser Kerrighed", reprend Dominique Loucougain. "C'est-à-dire à transformer un logiciel issu de la recherche fondamentale en un véritable outil d'entreprise, y compris  en terme de suivi et de support. C'est un peu comme la décantation d'un très bon vin. Il s'agit de ne pas gêner le plaisir de la dégustation !" Depuis novembre 2007, date de l'annonce de la première version à la conférence SuperComputing à Reno aux USA, près de 15 plate-formes fonctionnent sous environnement Kerrighed dont 10 en Europe, 2 sites aux USA, soit plus de 700 "Coeurs" en quatre mois.

Premier grand client : EDF R&D. "Notre travail consiste à adapter Kerrighed aux besoins en calculs scientifiques propres à EDF R&D." Mais Kerrighed n'est pas réservé exclusivement aux grands comptes. "La technologie Kerrighed nous permet de proposer des grappes de calculateurs adaptées en terme de ratio prix/performance aux entreprises de petite taille : des bureaux d'études de 5 à 6 personnes par exemple. Jusqu'à présent bien que le besoin était latent dans les PME, c'était trop complexe et hors budget, donc rédhibitoire."

Outre l'aspect édition logicielle, Kerlabs accompagne ses clients sur toutes les étapes d'un projet : conseil et études amont, assistance en programmation parallèle ainsi que sur les phases d'intégration et de déploiement. "On peut prendre en charge l'installation physique de grappes de calculateurs ainsi que les phases amont chez un client et en assurer l'infogérance complète." A l'autre bout de l'échelle, Kerlabs propose un service de location de temps de calcul via internet à partir de ses propres machines.

----

Contact :

Kerlabs : 06 74 33 39 18