Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 04

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2009 Lettre d'information n° 04 Numériquement Vôtre
Document Actions

Numériquement Vôtre

L'Espace des Sciences de Rennes consacre une exposition à la révolution numérique, en partenariat avec l'Inria. Responsable de la manifestation, Christopher Couzelin pose une passerelle entre la recherche et le grand public.

L'Espace des Sciences de Rennes consacre une exposition à la révolution numérique, en partenariat avec l'Inria. Responsable de la manifestation, Christopher Couzelin pose une passerelle entre la recherche et le grand public.

"En 1997, nous avions pris pour thème l'arrivée du multimédia. Nous montrions alors ce qui se
préparait dans les laboratoires. Aujourd'hui, ces technologies, il y en a plein les rayons de la FNAC. Durant ces années, nous avons eu la chance d'assister au passage de l'ère analogique à l'âge du numérique. Une révolution fulgurante. En moins de 15 ans, nos usages ont changé. C'est cette nouvelle vie que nous voulions raconter dans Numériquement Vôtre. Nous avons une pièce, par exemple, qui reproduit l'appartement d'aujourd'hui. Entre le téléphone, la télévision, l'appareil photo et tout le reste, on n'y trouve pas moins de 40 ordinateurs, sous une forme ou sous une autre. L'informatique est devenue à la fois omniprésente et diffuse." 

A la genèse de cette exposition, il y a eu Breizh Touch, en septembre 2007. Montée par le Conseil régional de Bretagne, cette opération entendait "promouvoir la région à Paris, en particulier dans son aspect haute technologie : la Bretagne, terre des télécoms, du numérique, de l'ATM..." L'Espace des Sciences avait été missionné pour organiser une exposition à la maison de la Bretagne, à Montparnasse. "Il s'agissait de mettre en avant le pôle de compétitivité Images et Réseaux et le projet Mobimages. Numériquement Vôtre s'inscrit dans le prolongement de ce travail. Ici, on ne se place plus sous l'angle de l'industrialisation, mais de celui des usages. L'objectif, c'est de montrer au grand public comment le numérique s'installe dans nos vies et comment il les modifie. On explore le champ du présent et on ouvre sur l'univers des possibles. Donc, on pousse le curseur, mais sans faire de la science-fiction. On se place à une échéance bornée et crédible pour les gens qui portent le projet (1)."

Susciter chez les jeunes un premier appétit pour les sciences informatiques

 

 

 

 

 

 

Susciter chez les jeunes un premier appétit pour les sciences informatiques

Le visiteur est invité à découvrir comment l'aspirateur, le stylo, le cadre photo et le portefeuille deviennent numériques. Mais "on ne peut pas tout montrer. On doit donc effectuer des choix pour aller vers une quintessence. Cela passe aussi par un travail de scénarisation. Là, nous sommes dans de l'artisanat muséographique. On fait réaliser une exposition qui n'existe qu'à un seul exemplaire et c'est le prototype définitif." Pour autant, aucun panneau ne vient signaler une interdiction de toucher. Au contraire. "On se place dans l'interaction.  Il faut tester pour s'approprier la technologie, pour comprendre que derrière les jeux, derrière les écrans, il y a de l'informatique et de la recherche. L'un des leviers, ici, c'est la curiosité. Mais il y a aussi un fort aspect trans-générationel. Parfois par exemple, c'est le fils qui répond aux questions du papa. L'échange et la transmission fonctionnent dans les deux sens. Certains n'ont connu que l'appareil photo numérique. Savent-ils qu'il y a moins d'une génération on recourrait encore à la diapositive et au Kodachrome ?" Il parait même qu'avant le Compact Disc, il y avait une face B au dos de la face A.

A la fin du siècle dernier, "on avait un support différent par type de données. A chaque fois, il y avait des filières de traitement spécifiques. Tout cela a convergé, devenant une suite de 0 et de 1 stockée plus ou moins pêle-mêle sur une clé USB : on entrepose nos photos, nos musiques, voire même nos extraits de comptes bancaires. Nos usages sont affectés en profondeur." Outre son côté explicatif, "une bonne exposition doit aussi enrichir la réflexion. Il y a quelques temps, nous avions une thématique sur l'eau qui débouchait sur la question de son partage. Ici, c'est un peu pareil. Le numérique est à la fois prometteur et angoissant. Quand 46% des jeunes passent la moitié de leur temps libre devant un écran, on peut se demander si ce n'est pas une addiction. On télécharge aujourd'hui plus de fichiers vidéos qu'on ne vend de tickets de cinéma. Le métier de photographe disparaît et il reste peu de  disquaires. Les autoroutes de l'information abolissent l'espace. Au niveau économique, on a aussi ouvert une boite de Pandore. Mon rôle c'est donc également d'en faire état." Et l'aventure n'est pas finie. "On pourrait imaginer de présenter un homo numericus avec ses puces RFID greffées et toutes sortes de prothèses que nous préparent les laboratoires à un moment où l'on voit aussi les frontières s'estomper entre le réel et le virtuel." Rendez-vous peut-être dans 15 ans quand bien des zéros et des uns auront encore  coulé dans les tuyaux.

 ---

Note :

(1) Numériquement Vôtre est organisée en partenariat avec l'Inria, le pôle Images et Réseaux, la région Bretagne, la Cité des Télécoms et France3 Ouest.

 

 ---
En pratique :
Numériquement Vôtre, du 31 mars au 30 août 2009.
Accessible à partir de 7 ans.
Infos : 02 23 40 66 40.
Mardi de 12 h à 21 h (nocturne)
Mercredi, jeudi, vendredi de 12 h à 19 h
Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.