Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 05

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2009 Lettre d'information n° 05 Aladdin facilite l'usage des grilles de calcul
Document Actions

Aladdin facilite l'usage des grilles de calcul

Dans le prolongement de la plate-forme expérimentale Grid’5000, l'Inria transforme ce qui était un prototype en véritable outil scientifique pour l'étude des systèmes parallèles et distribués à grande échelle, dont les "grilles" ou le "cloud computing" font partie. Rencontre avec David Margery, directeur technique de ce projet baptisé Aladdin.

Dans le prolongement de la  plate-forme expérimentale Grid’5000, l'Inria transforme ce qui était un prototype en véritable outil scientifique pour l'étude des systèmes parallèles et distribués à grande échelle, dont les "grilles" ou le "cloud computing" font partie. Rencontre avec David Margery, directeur technique de ce projet baptisé Aladdin.

"On pourrait faire une analogie avec le télescope Hubble ou l'accélérateur de particules du CERN à Genève. Grid'5000, c'est un peu la même chose : un outil au service d'une communauté scientifique. Il permet à des chercheurs de mener des expériences dans beaucoup de domaines." Ici pas de tunnel sous-terrain ou de spectomètre ultraviolet, mais des fermes d'ordinateurs réparties sur 9 sites en France et connectées via le réseau Renater. Au total, plus de 5 000 coeurs de calcul bourdonnant à l'unisson dans ce qu'on appelle une grille. Budget : plusieurs millions d'euros engagés par différents partenaires public, dont le ministère de la Recherche (1), l'Inria, le CNRS, Renater et des collectivités locales.

Mais attention : "le but n'est pas de fournir de la puissance de calcul. Ce n'est pas notre vocation. Nous ne sommes pas un acteur direct du HPC, le calcul haute performance. Les utilisateurs qui veulent simplement du calcul doivent contacter d'autres acteurs", comme les centres nationaux de calcul intensif (CINES, IDRIS) ou le GENCI (Grand équipement national de calcul intensif). "Nous, ce qui nous intéresse, c'est de voir comment on manipule autant de ressources et comment on peut aider les scientifiques à étudier la façon dont leurs algorithmes passent à l'échelle. Typiquement ces chercheurs évoluent autour de problèmatiques liées à la parallélisation et aux systèmes distribués." Rien qu'à l'Inria, "ces thématiques concernent une quarantaine d'équipes" qui étudient par exemple les réseaux "pair à pair", l'infrastructure de l'Internet du futur et d'autres aspects du cloud computing.

La grille est accessible "à n'importe quel chercheur en France" mais aussi, plus largement, à des chercheurs  du monde entier, "dans le cadre d'une collaboration scientifique avec un des sites impliqués." Le montage de cette infrastructure n'a pas fait l'objet d'un accord formel ou d'un consortium en tant que tel. Motivés par un intérêt commun, "des sites locaux se sont coordonnés sans structure forte, sur le mode d'un gentlemen agreement. Certains de ces contributeurs locaux ont aussi des arrangements avec leurs partenaires pour que ceux-ci accèdent à de la ressource locale.

 Dans le jargon de l'Inria, Aladdin (2) constitue une ADT, Action de développement technologique. Concrètement, sur la période 2008-2012, l'Inria déploie une douzaine d'ingénieurs sur les différents sites et au contact des équipes de recherche. "Physiquement, on ne se voit tous ensemble que trois fois par an. On pourrait présenter notre travail comme un édifice à trois étages. Au premier, les ingénieurs fabriquent les outils pour que le système fonctionne au jour le jour, pour que l'instrument soit administrable en tant que tel. Il s'agit d'une action à usage complètement interne. Au second, d'autres ingénieurs, eux, produisent des logiciels destinés aux utilisateurs de cette grille, car les chercheurs ont besoin d'outils spécifiques pour manipuler pareille quantité de machines. Grid'5000 peut sembler un gros objet. L'instrument fait encore un peu peur à une partie des chercheurs qui préfèrent parfois tester sur des petites machines." Les deux étages représentent les missions dévolues à l'ADT Aladdin. "Par-dessus tout cela se trouve un troisième niveau qui détermine quelles expériences scientifiques on va mener. Ce dernier étage fait l'objet d'une Action d'Envergure en cours de montage." C'est un autre dispositif Inria qui mobilise différentes équipes de recherche et des partenaires extérieurs sur un point précis du programme stratégique de l'institut. Stratégique, la grille l'est aussi aux yeux du ministère de la Recherche qui l'a classée comme "très grande infrastructure de recherche" en France (3). Si pour l'instant, elle est purement hexagonale, "il n'est pas exclu qu'on s'ouvre à des sites étrangers. On pourrait bientôt passer de 9 à 11.

 

Notes : 

(1) Au début des années 2000, le montage de cette grille a bénéficié d'une ACI (Action Concertée Incitative) baptisée GRID (Globalisation des Ressources Informatiques et des Données). Une ACI était une forme de soutien attribuée par le ministère de la Recherche pour financer des projets scientifiques. 

(2) Un acronyme pour : A LArge-scale Distributed and Deployable INfrastructure. 

(3) Une très grande infrastructure de recherche (TGIR) est un outil de recherche pouvant servir à plusieurs communautés scientifiques de grande taille. 

Lire aussi :

De Grid '5000 à Aladdin, INédit n° 66 - novembre 2008.