Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 08

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2010 Lettre d'information n° 08 L'Inria dans la première Communauté de la connaissance et de l'innovation en STIC
Document Actions

L'Inria dans la première Communauté de la connaissance et de l'innovation en STIC

L'Institut européen pour l'innovation et la technologie (EIT) retient la candidature de l'Inria et de ses partenaires français et européens pour créer la première Communauté de la connaissance et de l’innovation intitulée : "Towards the Future Information Society". Décryptage avec Jean-Pierre Banâtre, directeur des partenariats européens à l’Inria et co-rédacteur de la proposition.

 L'Institut européen pour l'innovation et la technologie (EIT) retient la candidature de l'Inria et de ses partenaires français et européens pour créer la première Communauté de la connaissance et de l’innovation intitulée : "Towards the Future Information Society".  Décryptage avec Jean-Pierre Banâtre, directeur des partenariats européens à l’Inria et co-rédacteur de la proposition.

Huit consortia d'acteurs européens de l'informatique et des télécoms étaient en lice sur l’appel d’offre. Le 16 décembre 2009, à Budapest, le jury a tranché. Gagnant : EIT ICT Labs, la proposition dont l’Inria fait partie. De quoi s'agit-il? "L'EIT a été créé à partir d'une idée de José Manuel Barroso, le président de la Commission Européenne, résume Jean-Pierre Banâtre. Ce nouvel Institut a pour mission de renforcer la position de l’Europe dans des secteurs stratégiques et d'améliorer sa compétitivité dans l’économie mondiale."

Comment ? "En organisant des Communautés de la connaissance et de l’innovation." En anglais : des KIC (1). "Ce sont de grands réseaux de partenaires alliant éducation, recherche avec un objectif très fort en termes d’innovation.. Ils associent des universités, des instituts de recherche et de grands acteurs de l’innovation (grands acteurs industriels, PME/PMIs, pôles de compétitivité...)."  Les trois premiers KICs viennent de voir le jour sur les thèmes : énergies renouvelables, changement climatique et technologies de l’information et de la communication.

"Ce n’est pas un projet européen classique comme on en connaît déjà. Il s’agit d’un concept nouveau, plus ambitieux… mais qui reste à préciser. Parlons donc plutôt d'un programme qui sera mis en oeuvre par des initiatives visant nécessairement à renforcer le poids de l’Europe dans un secteur statégique où la compétition mondiale est intense et où aucune position n’est jamais acquise." Les travaux d’EIT ICT Labs porteront notamment sur la nouvelle génération d’Internet, les nouveaux services, la médecine numérique, les systèmes ubiquitaires... "Notre  proposition est centrée sur des thématiques qui rejoignent des problèmes sociétaux : les services à la personne, l'hôpital à domicile, les transports intelligents, la société numérique durable, ..."  Ce KIC devrait durer "12 à 15 ans". Il compte 23 partenaires principaux [lire ci-contre] et "s'organise autour de cinq noeuds. Ce sont des centres de co-localisation où travailleront des équipes communes incorporant des universités, des industriels, des PME/PMIs, des entrepreneurs, ..." : Helsinki, Stockholm, Eindhoven, Berlin et Paris-Saclay.

Le site Parisien (2) sera donc implanté sur Paris et Saclay et incorporera les pôles de compétitivité System@tic et Cap Digital, ainsi que le pôle de recherche Digiteo. Ce site sera complété par deux co-localisations régionales. En région PACA, EIT ICT Labs associe l’université  de Nice Sophia-Antipolis, le pôle de compétitivité SCS (3) et les acteurs recherche et industrie présents (Alcatel Lucent, Orange FT R&D, Inria, Institut Télécom, …)... En Bretagne, il s’appuie sur l’université de Rennes 1, le pôle Images & Réseaux et les acteurs recherche et industrie présents (Thomson, Orange FT R&D, INRIA, Institut Télécom, …).. Voilà pour le montage, "mais ce n'est pas un réseau fermé. Des partenariats se mettront en place entre EIT ICT Labs et des régions européennes appartenant à des pays absents de la configuration actuelle. De même, l’association de partenaires académiques ou industriels apportant une plus-value claire dans un esprit européen pourront participer."

Culture entrepreneuriale

Un des buts est aussi de "repenser certains aspects de l’enseignement des sciences et technologies de l’information et de la communication. Regardez comment le portable remplace le PDA, l'Ipod l'appareil photo et même la montre. Qui a encore besoin d'une montre ? Question : comment former nos ingénieurs dans un environnement aussi dynamique alors que nos pédagogies sont souvent beaucoup plus  statiques ? Je suis aussi professeur. Je vois bien que les jeunes motivés et pleins d'idées ne sont pas toujours accompagnés comme ils devraient l'être. Il faut dépasser notre modèle trop conservateur dont les concepts élitistes ne s'avèrent pas toujours les plus opérants. L'échelle, c'est le monde. Il y a une bataille « globale » de l’éducation, de la recherche et de l'innovation. Gagneront ceux qui montreront l'esprit le plus entreprenant et conquérant."

"Enfin, nous souhaitons aussi impulser la création d’entreprises innovantes dans nos domaines. Nous nous sommes fixés un premier objectif de la création de 200 entreprises par an à travers EIT ICT Labs." Pour insuffler cette culture entrepreneuriale, "nous allons créer des espaces où des acteurs de l'éducation, de la recherche et de l'innovation se retrouveront." Même esprit dans le management : "EIT ICT Labs sera géré comme une entreprise : un Président, un Directeur général, un responsable pour chaque noeud"  et des comptes à rendre. "Le budget annuel atteint 160 millions d'euros (4). A long terme, l'objectif est d'atteindre l'autonomie financière. Nous mêmes, nous serons évalués périodiquement. Il nous faudra prouver que ce que nous faisons améliore vraiment la position de l'Europe dans l'économie mondiale."

eit_logo.gif


 - - -

Note :
 
(1) KIC : Knowledge and Innovation Communities. Communauté de la Connaissance et de l’Innovation.

(2) L'Inria assurera la coordination de la recherche depuis Paris-Saclay. L'éducation sera coordonnée à Helsinki, et  l’innovation à Berlin.

(3) SCS : Solutions Communicantes Sécurisées.

(4) 25% fourni par l'EIT, 25% par l'Europe via le Programme cadre de recherche et de développement (PCRD), 25% par les Etats et les Régions, et le dernier quart apporté par les participants.