Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 18

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2011 Lettre d'information n° 18 Des modèles pour une modernisation plus efficace des logiciels
Document Actions

Des modèles pour une modernisation plus efficace des logiciels

À Nantes, l'équipe-projet AtlanMod et la SSII Mia-Software élaborent ensemble un projet open source pour améliorer le développement des outils de rétro-ingénierie des systèmes patrimoniaux. Comme l'expliquent les chercheurs Jordi Cabot et Hugo Brunelière, cette expérience amène aussi le partenaire industriel à modifier une partie de son modèle économique.

À Nantes, l'équipe-projet AtlanMod(1) et la SSII Mia-Software élaborent ensemble un projet open source pour améliorer le développement des outils de rétro-ingénierie des systèmes patrimoniaux. Comme l'expliquent les chercheurs Jordi Cabot(2) et Hugo Brunelière, cette expérience amène aussi le partenaire industriel à modifier une partie de son modèle économique.

Filiale de Sodifrance, “Mia- Software est spécialisée dans la modernisation des logiciels, résume Jordi Cabot, responsable de l'équipe-projet AtlanMod et expert en ingénierie de modèles.  Ils travaillent au niveau du code. Leur principale activité consiste à faire migrer vers une nouvelle technologie de vieilles applications patrimoniales écrites, par exemple, en Cobol. À un moment donné, ils sont arrivés à notre contact. Ils avaient dans l'idée que, peut-être, ils pourraient utiliser une meilleure approche de la modernisation des logiciels. De fait, une refactorisation plus efficace des logiciels patrimoniaux permet d'économiser de l'argent car on peut affecter moins de salariés à un projet de modernisation donné. Rapidement, l'entreprise s'est rendu compte que l'ingénierie de modèles était susceptible de lui amener un tel gain de productivité.” 

Pourquoi ? “Parce que les modèles fournissent une meilleure vue sur le système avec lequel on travaille. Tout se trouve simplifié par l'abstraction des détails fastidieux qui n'importent pas. On obtient ainsi des modèles bien plus faciles à comprendre et à manipuler. Il suffit ensuite de changer le modèle pour satisfaire aux nouvelles exigences du système. À partir du modèle, on peut générer automatiquement le nouveau code correspondant à la nouvelle technologie qu'on va utiliser. Comme je le disais, l'abstraction rend le système plus compréhensible. Elle aide à se concentrer sur ce qui importe. Pas les détails.

Mia-Software et notre équipe-projet collaborent de longue date, ajoute Hugo Brunelière, ingénieur R&D. Nous avions l'habitude de travailler sur différents sujets, mais pas spécifiquement sur l'ingénierie de modèles et la refactorisation. Ce nouveau partenariat a été initié à travers Modelplex”, un programme européen pour développer une solution open source répondant aux besoins des entreprises en matière d'ingénierie de modèles. Principale contribution d'AtlanMod à Modelplex : MoDisco, un outil orienté rétro-ingénierie.  Ce que nous apportons ici, c'est une couche intermédiaire, explique Jordi Cabot. Fondamentalement, MoDisco demeure indépendant de la technologie patrimoniale. Vous pouvez brancher n'importe quelle technologie, en obtenir un modèle et commencer à travailler à partir de cette représentation. Par opposition, tous les autres outils vont d'une technologie patrimoniale à un type spécifique de modèle utilisant un langage de modèle particulier. Ils proposent une solution point-à-point. Ils possèdent une fonction unique. Impossible de les utiliser pour quoi que ce soit d'autre.

Refactoriser... le modèle économique

Signe particulier de MoDisco : c'est un projet officiel de rétro-ingénierie au sein de la fameuse communauté open source Eclipse. “Depuis plusieurs année, MoDisco figure dans la distribution simultanée, explique Hugo Brunelière. L'idée, pour différents projets d'Eclipse, c'est de synchroniser nos sorties, de publier nos versions compatibles au même moment. Appelons cela un bundle. Mia-Software travaille essentiellement avec ses propres outils. Mais, à un moment donné, il leur a semblé bon de rejoindre cette communauté open source et de l'aider en y investissant du temps de travail. Et de fait, l'entreprise a beaucoup contribué à MoDisco. Elle a affecté pas moins de quatre personnes à ce projet. Elle a même ouvert une partie de sa propre technologie, comme le support Java par exemple. À ses yeux, le fait de contribuer au projet engendrerait un gain de visibilité susceptible de lui apporter de nouveaux clients. Certes, elle ne pourrait pas vendre l'outil, mais d'un autre côté, elle aurait la possibilité de fournir le service qui va avec. Évidemment, pour elle, cela représentait un changement notable par rapport à son modèle économique habituel, jusque là complètement propriétaire.

Pour eux, clairement, c'était compliqué, confirme Jordi Cabot. MoDisco est complètement open source. Aucun argent n'est en jeu dans cette affaire. Et pourtant, il y a un bénéfice à partager. En tant qu'équipe de recherche, généralement nous ne pouvons pas mettre la touche finale à un logiciel. Plus d'une fois, un chercheur peut s'estimer heureux s'il se retrouve avec un prototype suffisamment abouti pour appuyer ses publications. Une fois ce stade atteint, habituellement le scientifique se désintéresse du prototype. Il ne dispose ni du temps ni du personnel pour agrémenter son logiciel d'une belle interface ou pour publier une documentation complète. Une entreprise se trouve en bien meilleure position pour doter le code d'une belle finition. Donc, au bout du compte, nous profitons l'un et l'autre de ce partenariat. Mia-Software devient le fournisseur de services officiel pour MoDisco alors qu'AtlanMod devient l'équipe de recherche officielle sur la rétro-ingénierie par modèles.

Note :

(1) AtlanMod est une équipe-projet du centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique. Elle est localisée à Nantes et est  commune avec Inria et l'EMN (Ecole des Mines de Nantes). Précédemment dirigée par Jean Bézivin, elle est devenue un acteur majeur en ingénierie des modèles. On lui doit le langage de transformation ATL et l'architecture de gestion AmmA.

(2) Jordi Cabot est titulaire d'une chaire EMN (Ecole des Mines de Nantes) - Inria.