Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 19

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2011 Lettre d'information n° 19 La télévision en mode hybride
Document Actions

La télévision en mode hybride

Directeur délégué diffusion et directeur qualité du service d'Arte, Jean-Pierre Leoni a évoqué la stratégie de sa chaîne pour répondre à la multiplication des modes de consommation de la télévision, à l'occasion de la rencontre Inria-industrie du 17 novembre 2011, à Rennes.

Directeur délégué diffusion et directeur qualité du service d'Arte, Jean-Pierre Leoni a évoqué la stratégie de sa chaîne pour répondre à la multiplication des modes de consommation de la télévision, à l'occasion de la Rencontre Inria-industrie du 17 novembre 2011, à Rennes. 

Pour les chaînes, l'environnement devient de plus en plus concurrentiel. Alors c'est un peu : attention danger, témoigne Jean-Pierre Leoni. Nous avons tous vu la dégradation de nos audiences s'accélérer avec l'arrivée de la TNT, la multiplication des usages sur Internet, l'appétence pour la vidéo et tous les moyens d'y accéder.” Non sans malice, le professionnel de télévision exhume d'un sac en plastique un clavier sans fil pour téléviseurs interactifs Tak testé par sa chaîne au sortir du siècle dernier. “On y a cru mordicus. Mais ça n'a pas marché.”  Défile ensuite un cimetière de télécommandes et applications vouées au même flop. Moralité ? “Regardez Apple par exemple. L'entreprise se positionne plutôt bien. Elle sait se placer au niveau du consommateur et répondre à ses vrais besoins.” Mais au fait, quels sont-ils aujourd'hui ? “Très clairement : de la vidéo. Les gens en consomment en grande quantité, en plus ou à la place de la télévision. Prenez le portail d'Orange. Le lien le plus cliqué est celui qui dirige vers les vidéos les plus téléchargées. L'internaute veut voir ce que les autres ont le plus apprécié. Peut-être, à son tour, va-t-il aimer.


Même succès pour la vidéo à la demande (VoD) chez Arte. “Les applications qui cartonnent sont Arte+7 et Arte Live Web.” La première permet de revoir pendant 7 jours les programmes les plus importants de la chaîne. La seconde présente “des spectacles vivants que l'on peut regarder en direct ou en replay. Nous arrivons à environ 400 programmes par an, accessibles sur Internet et maintenant aussi sur la TV connectée. 500 000 personnes ont téléchargé le logiciel qui permet de faire cela. Les organisateurs de spectacles viennent nous voir et demandent à figurer dans ce service.

La télé connectée


Pour les professionnels, un des enjeux consiste à tendre les bonnes passerelles entre télévision et Internet. “Nous croyons beaucoup à la télé connectée. C'est une très bonne idée. Potentiellement, 100% de la population pourrait y accéder en s'équipant d'un téléviseur connectable. A partir de 700 euros, aujourd'hui ils le sont tous. C'est encore embryonnaire, mais nous avons un certain nombre de partenariats avec des grands opérateurs de communication et des industriels fabricants.”  Reste encore pour ces derniers à s'entendre complètement sur une norme. En mode diffusion broadcast (sur la TNT, le câble, le satellite) ou en mode broadband (connecté à Internet), le nouveau standard HbbTV (1) permet d'accéder à des fonctions interactives ou de zapper vers le web. Mais en périphérie de ce standard généralisé dans les téléviseurs depuis 2011, certaines technologies demeurent propriétaires.

Il faut une cohérence. Il faut que les différentes marques de téléviseurs aient un minimum de fonctionnalités HbbTV pour que les applications que nous allons développer soient exploitables sur n'importe quel appareil. Autrement, nous perdrons la moitié de nos téléspectateurs. Nous réfléchissons aux moyens d'apporter du HbbTV en mode diffusé. Des réseaux comme la TNT sont encore massifs. Ils concernent 50% de la population. Il est très important de les entretenir. À ces télespectateurs possédant des téléviseurs HbbTV non connectés, il faut que nous apportions des applications interactives, fussent-elles simples. Ce qui suppose d'avoir du débit hertzien. Or cette ressource est rare et chère. Nous n'en avons pas beaucoup Il faudra pourtant bien en prendre pour apporter cette interactivité qui, nous promet Jean-Pierre Léoni, sera une des clés majeures du succès.


Notes :
(1) Hybrid Broadcast Broadband TV. Promulgué comme standard européen par l'ETSI en 2010, le HbbTV est déployé sur tous les téléviseurs connectables depuis 2011.  Les chaînes peuvent utiliser ces téléviseurs pour proposer des contenus supplémentaires en mode diffusion (TNT, câble, satellite) ou directement via le web.