Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 22

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2012 Lettre d'information n° 22 L'entraînement cérébral pour tout un chacun
Document Actions

L'entraînement cérébral pour tout un chacun

Jeune pousse issue d'Inria, Mensia Technologie fait partie des lauréats 2012 du Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes organisé par le ministère de la Recherche. La startup possède une expertise dans le contrôle de l'activité cérébrale à partir de l'électro-encéphalographie. Comme l'explique son co-fondateur, Yann Renard, les interfaces cerveau-ordinateur peuvent aider à mieux maîtriser le fonctionnement cérébral, que ce soit pour des raisons médicales, de bien-être ou d'amélioration de performance.

Jeune pousse issue d'Inria, Mensia Technologie fait partie des lauréats 2012 du Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes organisé par le ministère de la Recherche. La startup possède une expertise dans le contrôle de l'activité cérébrale à partir de l'électro-encéphalographie. Comme l'explique son co-fondateur, Yann Renard, les interfaces cerveau-ordinateur peuvent aider à mieux maîtriser le fonctionnement cérébral, que ce soit pour des raisons médicales, de bien-être ou d'amélioration de performance.

Il n'y pas si longtemps, la pose d'électrodes éléctro-encéphalographiques sur le crâne d'un patient exigeait 45 mn de préparation fastidieuse, l'application d'un gel sur la peau, l'aide d'un assistant et un shampooing après la séance. Pour coiffer le tout, le casque était aussi encombrant qu'onéreux. Autant de paramètres qui restreignaient son usage et le cantonnaient au service de neurologie des hôpitaux. Mais une nouvelle génération d'interface cerveau-ordinateur vient changer la donne. Les nouveaux modèles arrivent sur le marché pour seulement quelques centaines d'euros.  Emotiv Systems, une entreprise de Hong Kong, a ainsi vendu 50 000 exemplaires d'un tel casque destiné en l'occurrence au jeu vidéo.

Moins chers et plus pratiques. C'est exactement ce genre d'appareils sur lequel nous parions”, résume Yann Renard, co-fondateur de Mensia Technologies, une jeune société issue d'Inria née dans le sillage du projet de recherche OpenViBE. Il s'agit d'une plate-forme logicielle open source qui permet le traitement en temps réel des signaux cérébraux et facilite le développement d'applications spécifiques pour une kyrielle d'utilisations. Dans les dernières années, OpenViBE est devenu l'un des outils de référence au sein de la communauté du BCI (brain computer interface).

 En dehors de l'hôpital

 “Grâces aux nouveaux casques plus pratiques, de nouveaux usages vont se mettre en place autour du contrôle cérébral. Et plus seulement dans l'enceinte de l'hôpital. De chez eux, les gens vont pouvoir utiliser des appareils BCI pour accroître leur conscience de leur activité cérébrale, et à partir de là commencer à s'entraîner pour améliorer leur état.

 Et c'est précisément là que Mensia Technologie positionne sa compétence. “En nous appuyant sur notre grande expérience du traitement du signal cérébral, nous souhaitons apporter des applications et des services innovants qui aideront les personnes à utiliser l'entraînement cérébral pour différentes choses. La gestion du stress ou du sommeil par exemple. À ce stade, nous ne saurions prétendre soigner quoi que ce soit. Mais de fortes présomptions confortent l'idée que la neuroplastie peut traiter certaines maladies. Nous travaillons à la validation clinique de notre système afin de l'introduire ensuite dans le domaine du matériel médical.

Troubles de l'attention

 “Cette technologie peut aider les personnes ayant un fonctionnement cérébral atypique à revenir vers un fonctionnement plus classique ou améliorer la performance de leur cerveau. Le fait de percevoir sa propre activité, d'avoir un retour perceptif en temps-réel donne conscience à la personne que quelque chose se passe dans son cerveau. Une fois cette perception acquise, nos systèmes sophistiqués vont lui permettre de s'entraîner à contrôler, à maîtriser cette activité. Par exemple, chez les enfants présentant un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), on peut capter les signaux de réactivité cérébrale, détecter la perte d'attention et encourager ces enfants à retrouver leur concentration. Dans une application ressemblant à un jeu, ils s'entraîneront sans même le savoir.”   Cela dit, le jeu vidéo ne figure pas dans les objectifs immédiats. Pourquoi ? “Parce qu'à ce stade, la commande par la pensée ne rivalise ni avec joystick, ni avec le clavier. Elle exige encore un compromis entre rapidité et robustesse. Si on veut être rapide, on ne sera pas robuste. Inversement, si on privilégie une commande robuste, on ne va pas être rapide. Les joueurs se sentiraient probablement vite frustrés.

Encore dans sa phase de démarrage (1), Mensia Technologie est approchée par beaucoup de fabricants de casques. “Nous apportons notre expertise pour les aider à intégrer leurs équipements dans OpenViBE. Mais nous serons aussi ravis de collaborer avec des industriels sur des nouveaux produits ou services dans le domaine de ces interfaces cerveau-ordinateur.

 

Note :

(1) Mensia Technologies est fondée par Jean-Yves Quentel (Pdg), Yann Renard (directeur technique), Anatole Lecuyer (conseiller scientifique) et IT Translation, un fonds créé par Inria et CDC Entreprises pour aider les entreprises issues de la recherche publique en STIC. Basée à Rennes, la nouvelle entreprise bénéficie de l'aide de la technopole de Rennes Atalante et de l'incubateur Emergys. Le prix du ministère de la Recherche est attribué dans la catégorie Émergence du Concours création entreprise innovante.