Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 39

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2015 Lettre d'information n° 39 OpenViBE bientôt médicalement certifiable
Document Actions

OpenViBE bientôt médicalement certifiable

Créé au centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique vers 2009, OpenViBE est devenu un des principaux logiciels open source dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur (ICO) et des recherches en neurosciences. Startup fondée à l'initiative de l'institut dans le prolongement de ces travaux, Mensia Technologies possède une licence exclusive pour les applications commerciales du logiciel. Elle exploite cette technologie via sa propre gamme d'applications mais aussi par le biais de prestations de services, par exemple pour d'autres fabricants ou pour des praticiens. Mensia et Inria viennent de lancer un laboratoire commun afin de rendre le logiciel médicalement certifiable. Cela facilitera ensuite la certification d'applications médicales basées sur Open-ViBE conçues par des tierces parties.

Créé au centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique vers 2009, OpenViBE est devenu un des principaux logiciels open source dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur (ICO) et des recherches en neurosciences. Startup fondée à l'initiative de l'institut dans le prolongement de ces travaux, Mensia Technologies possède une licence exclusive pour les applications commerciales du logiciel. Elle exploite cette technologie via sa propre gamme d'applications mais aussi par le biais de prestations de services, par exemple pour d'autres fabricants ou pour des praticiens. Mensia et Inria viennent de lancer un laboratoire commun afin de rendre le logiciel médicalement certifiable. Cela facilitera ensuite la certification d'applications médicales basées sur Open-ViBE conçues par des tierces parties.

Avec plus de 43 000 téléchargements à son actif,  OpenViBE constitue désormais un outil mondialement reconnu dans la communauté des interfaces cerveau-ordinateur. Conçu pour traiter le signal cérébral en temps réel, le logiciel permet aussi de développer des applications personnalisées pour quantité d'usages. En particulier un domaine en pleine expansion : le neurofeedback, qui permet d'apprendre à contrôler directement son activité cérébrale à partir d'un retour (feedback), le plus souvent visuel, de son électro-encéphalographie.

Ce qui était au départ surtout un prototype de recherche a tant gagné en maturité et en popularité qu'il pourrait bientôt servir de socle à des produits médicaux. Le premier produit commercialisé basé sur OpenViBE sera probablement la solution de neurofeedback actuellement élaborée par Mensia Technologies pour traiter le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) chez l'enfant.

Mais pour cela, il existe un pré-requis : OpenViBE doit d'abord devenir médicalement certifiable. De fait, en tant que prototype de recherche, il ne répond pas encore à toutes les exigences des standards médicaux en ce qui concerne par exemple la stabilité, les processus d'ingénierie logicielle ou la documentation et les tests. Amener l'outil à ce niveau de qualité demande un travail supplémentaire pour lequel Inria et Mensia ont décidé de s'unir en créant un laboratoire commun baptisé CertiViBE.

Inria Innovation Lab

Un Innovation Lab est un dispositif d'Inria relativement récent qui a pour but d'encourager des travaux communs de R&D entre l'une de nos équipes de recherche et une PME, explique le scientifique Anatole Lécuyer (1). Pour l'instant, on en compte seulement quelques-uns, mais leur nombre devrait augmenter car Inria souhaite en faire un vecteur de transfert technologique. La première année du projet CertiViBE sera entièrement consacrée aux travaux de développement nécessaires pour réaliser un noyau d'OpenViBE prêt à être certifié.

Dans cette perspective, deux ingénieurs très expérimentés viennent d'être recrutés. Spécialiste qualité, le premier aura pour mission, entre autres, de définir les exigences fonctionnelles, et de mettre en place l'environnement et le processus qualité. En se conformant à ce cahier des charges, le second devra développer le logiciel et les tests associés. Prenant à nouveau le relais, l'ingénieur qualité devra ensuite vérifier que les exigences sont effectivement respectées.

Cela dit, le projet “ne vise pas à obtenir une certification médicale pour notre logiciel, mais à le rendre certifiable en tant que partie constituante de futurs produits médicaux que des tierces parties pourraient vouloir commercialiser un jour. Et grâce à cela, si un fabricant décide de lancer une nouvelle solution basée sur OpenViBE, la certification de cette solution s'avérera plus simple, car il pourra s'appuyer sur un logiciel  déjà prêt à être certifié.

Passer facilement à la version commerciale

Le premier appareil médical basé sur OpenViBE sera d'ailleurs probablement la solution d'exercices de neurofeedback pour le soin du TDAH que développe actuellement Mensia Technologies. “Afin d'obtenir une certification médicale pour notre application, nous avons absolument besoin d'une version certifiable d'OpenViBE, indique Yann Renard, le directeur technique de l'entreprise. Nous avons donc un intérêt direct et important dans ce projet. Mais d'une façon générale, ce travail va aussi pouvoir simplifier le transfert de technologie pour d'autres fabricants. Cela peut faciliter le basculement vers une solution commerciale. Prenez un neurologue qui utiliserait OpenViBE pour ses recherches depuis plusieurs années. À l'instant où il décidera de lancer un produit résultant de ses travaux, il pourra acheter une licence et passer plus facilement vers une version commerciale. Aucune réécriture de code ne sera nécessaire car les deux versions partageront les mêmes fondements prêts à être certifiés.”  Naturellement, OpenViBE continuera d'exister aussi en open source. La version 1.2.0 doit arriver au printemps 2016.

Nous espérons que ce travail commun contribuera au développement d'applications cliniques basées sur OpenViBE et accélérera ainsi le transfert de notre technologie vers l'industrie médicale, confirme Anatole Lécuyer. Voilà la porte que CertiViBE doit ouvrir. Mais le projet prolongera aussi la compatibilité entre nos deux écosystèmes. Autrement, avec Mensia plus encline à concevoir un logiciel certifiable et Inria plus intéressé par des développements pour la recherche, inéluctablement OpenViBE finirait par bifurquer. Le fait de collaborer sur la certification nous permettra de rester proches, de maintenir une version commune et de continuer à travailler sur le même outil. De fait, dans une seconde phase de ce laboratoire commun, nous prévoyons aussi de mener conjointement de nouvelles recherches.

Par ailleurs, du point de vue d'Inria, un autre avantage se profile. “Ce travail sur la certification médicale est quelque chose d'assez nouveau pour l'institut. Nous allons donc tester, engranger de l'expérience et capitaliser du savoir faire. Car, par la suite, il pourrait être envisagé que  plusieurs autres logiciels d'Inria, eux aussi, donnent naissance à des produits médicaux.

---------
Note :

(1) Anatole Lécuyer dirige Hybrid,  une équipe-projet d'Inria,  Université Rennes 1 et Insa Rennes, commune à l'Irisa (UMR CNRS 6074). Il est aussi co-fondateur de Mensia Technologies avec Jean-Yves Quentel, Yann Renard et IT Translation, un fonds créé par Inria et CDC Entreprises afin d'aider les entreprises des TIC nées de la recherche publique française.