Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 37

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2015 Lettre d'information n° 37 fOSSa 2015 à Nantes
Document Actions

fOSSa 2015 à Nantes

Créée par Inria, fOSSa est une conférence où les scientifiques viennent présenter les derniers développements en matière d'open source. La septième édition se déroule à Nantes, du 23 au 25 septembre 2015. Comme l'explique, son coordinateur, Stéphane Ribas, l'événement offre l'occasion de découvrir en primeur les dernières tendances issues d'un écosystème luxuriant.

Créée par Inria, fOSSa est une conférence où les scientifiques viennent présenter les derniers développements en matière d'open source. La septième édition se déroule à Nantes, du 23 au 25 septembre 2015. Comme l'explique, son coordinateur, Stéphane Ribas, l'événement offre l'occasion de découvrir en primeur les dernières tendances issues d'un écosystème luxuriant.

Il y a sept ans, nous invitions David Cuartielles, l’un des fondateurs d’Arduino pour parler de la stratégie autour de ce projet aujourd’hui très populaire. Nous avons été aussi parmi les premiers à accueillir Adrian Bowyer qui a créé RepRap, le premier projet d’imprimante 3D open source. Idem pour Wikispeed, le constructeur de voitures modulables open source. Certains grands noms de l’open source outre atlantique pointent fOSSa comme étant l'une des conférences qu'il faut voir en Europe si l’on s’intéresse aux nouvelles tendances et aux nouveaux concepts prêts à émerger dans le domaine du libre,” résume Stéphane Ribas (1), l'initiateur de l'événement.

L'acronyme signifie Free Open Source Software for Academia. Pourquoi un tel nom ? “Pour bien marquer que nous voulons redonner la parole aux chercheurs. Ceux-ci ont perdu de leur visibilité au fil des années alors que, paradoxalement, ils restent des contributeurs majeurs du développement de l'open source. Nous voulions donc proposer une conférence où ces chercheurs pourraient présenter des travaux, des projets, des réflexions très en amont de l’actualité...

La manifestation est organisée par Inria en partenariat avec la Fing (2), le LABFAB de Rennes et l'Université de Nantes. Investi de longue date dans la promotion de l'open source, Inria a joué en particulier un rôle moteur dans la création de l'OW2. Lancée pour favoriser le développement d’intergiciels libres et neutres vis-à-vis des intérêts commerciaux, cette association internationale compte aujourd'hui 6000 adhérents dans le monde. “De facto, le logiciel open source se répand aujourd'hui dans tous les domaines de l'activité humaine : l'art, l'enseignement, l'industrie, la santé, l’énergie...  En France, la filière représenterait plus de 30.000 emplois d'après le Panorama Open source 2013 du CNLL.

 Pour rendre compte de ce foisonnement, le millésime 2015 mettra l'accent sur quatre aspects. À commencer par le concept même de science ouverte. “Dans un contexte de compétition entre les laboratoires, la connaissance est-elle vraiment si bien partagée ? À qui le chercheur doit-il confier la propriété intellectuelle de ses découvertes ? Ne faudrait-il pas inventer de meilleures modalités de collaboration ? Nous aborderons ce thème avec les animateurs de Zooniverse.” Ce site de science citoyenne revendique plus d'un million de participants.

Également au menu : le citizen cloud. “Aujourd'hui tout le monde est connecté. Nous possédons tous un smartphone et une box internet. On peut donc imaginer d'utiliser ces objets connectés pour en finir avec l'Internet centralisé comme on le connaît aujourd'hui.  Le troisième aspect a donné lieu à la publication d'un best-seller : Open Design Now. “Les auteurs de ce livre viendront nous expliquer comment un créateur peut s'exprimer dans le contexte de l'open source, mais aussi lancer son entreprise et vivre de son travail. Il s'agit de bien connaître les règles du jeu et en l'occurrence les licences qui régissent la propriété intellectuelle.

Dernier sujet : l'éducation. “C'est un thème qui nous intéresse de façon permanente. Il se passe beaucoup de chose par exemple du côté des cours en ligne publiés par des professeurs sous licence Creative Commons puis repris et améliorés par d'autres enseignants. Il existe aussi une multitude de projets collaboratifs qui sont en mesure d'enthousiasmer les jeunes pour les sciences du numérique. Poppy, le petit robot humanoïde open source né chez Inria et qui va faire sa rentrée dans les écoles et lycées, en donne l'illustration la plus récente.

Et les entreprises dans tout cela ? “Les grands noms de l'industrie ne viennent pas encore nous voir. En revanche, nous notons la présence des professionnels de la veille technologique. Ils repèrent les nouveautés mais surtout les tendances, contactent les porteurs de projets et font le lien ensuite vers les entreprises. Ce sont des gens pleins de curiosité à qui nous sommes heureux d'offrir une conférence fraîche et originale.”

------
Notes :

 (1) Stéphane Ribas est ingénieur de recherche à la Direction Générale Déléguéee au Transfert et aux Partenariats Industriels d'Inria.

(2) Fondation internet nouvelle génération, la Fing est un think tank sur les transformations numériques. Elle comprend des entreprises, des collectivités, des pôles de compétitivité, des établissements d’enseignement supérieur, des laboratoires de recherche... Inria en est l'un des cinq Grands Partenaires.