Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 41

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2016 Lettre d'information n° 41 Tester ses applications IoT sur un grand réseau de capteurs
Document Actions

Tester ses applications IoT sur un grand réseau de capteurs

Le centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique constitue l'un des nœuds d'IoT-LAB. Ce réseau de 2 700 capteurs sans fil permet de mener à grande échelle des expérimentations tournées vers l'Internet des Objets (IoT). Comme l'explique César Viho*, cette plateforme est accessible gratuitement aux entreprises pour leurs expérimentations et travaux de R&D

Le centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique constitue l'un des nœuds d'IoT-LAB. Ce réseau de 2 700 capteurs sans fil permet de mener à grande échelle des expérimentations tournées vers l'Internet des Objets (IoT). Comme l'explique César Viho*, cette plateforme est accessible gratuitement aux entreprises pour leurs expérimentations et travaux de R&D.

Dans les prochaines années, du frigo aux chaussures, de la porte d'entrée au plafonnier, des centaines de milliards d'objets seront connectés et bardés de capteurs. C'est le prochain et déjà bien avancé chapitre de la révolution numérique. On l'appelle l'Internet des Objets (IoT, Internet of Things). À la clé : quantité de nouveaux services et d'innovations. Les bureaux d'études et entreprises de nouvelles technologies y travaillent déjà. Mais un problème apparaît : il va falloir s'assurer que les futures applications fonctionneront à grande échelle sur ces nouveaux réseaux pour lesquels Internet n'était pas initialement conçu. La simulation par ordinateur ne suffira plus. Scientifiques et industriels ont donc besoin de plateformes de test réel de grande taille. C'est la vocation d'IoT-LAB.

Avec six testbeds de réseaux capteurs Interconnectés et répartis à Grenoble, Lille, Strasbourg, Rocquencourt, Rennes et Paris, IoT-LAB est l'une des composantes de FIT (Future Internet of the Things), une plateforme plus généralement dédiée à l'Internet des Objets. FIT IoT-Lab constitue l'un des 52 équipements d'excellences financés par le ministère de la Recherche dans le cadre du programme Equipex. Le consortium qui porte ce projet associe l'UPMC Sorbonne Universités, Inria, l'Université de Strasbourg, le CNRS et l'Institut Mines Télécom (1).

IoTLAB se compose de matériels et testbeds volontairement hétérogènes, ce qui offre la possibilité d'effectuer des expérimentations variées, explique le chercheur César Viho. À Rennes, par exemple, nous avons une grille de capteurs qui se prête bien par exemple à l'étude des mécanismes de routage. Sur les noeuds de Lille, Grenoble, Lyon et Paris, il y a des capteurs sur robots mobiles pour tester d'autres types de fonctionnalités.” Cette diversité porte à la fois sur les performances du matériel (mémoire, processeur, systèmes d'exploitations supportés) sur leur topologie d’interconnexion et sur la nature des données captées.

En fonction de l'expérience qu'elle souhaite mener, une entreprise de Rennes peut donc, par exemple, accéder à l'une de ces infrastructures ailleurs en France, voire même ailleurs en Europe. En effet, IoTLab s'intègre dans la fédération européenne de plateformes OneLab (2). En pratique, après l'ouverture d'un compte, “l'utilisateur dispose de lignes de commandes pré-définies qui lui permettent de déployer très facilement l'application qu'il veut tester sur les nœuds choisis. Nous avons porté beaucoup d'attention à cette simplicité d'utilisation.

 

-------
Notes :

* Professeur à l’ISTIC, département Informatique de l’Université de Rennes 1, César Viho est membre de Dionysos, une équipe Inria,commune à l'Irisa.

(1) La coordination de FIT est assurée par Serge Fdida de l'UPMC Sorbonne Universités. Les ressources d'Inria au sein de la plateforme sont coordonnées par Eric Fleury, responsable de l'équipe Dante (Inria, ENS Lyon, Université Claude Bernard, CNRS, LIP).

(2) Le consortium OneLab comprend  l'UPMC Sorbonne Universités, Inria, iMinds, l'Université technique de Berlin et l'Université de Thessalie. Il fédère les plateformes FIT IoT-Lab, PlanetLab Europe, FIT CorteXlab, NITLab and FIT NITOS-Lab.