Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 49

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2017 Lettre d'information n° 49 Une protection efficace des photos pour le web et le papier
Document Actions

Une protection efficace des photos pour le web et le papier

Start-up créée en 2015 dans le sillage de travaux menés au centre de recherche Inria Rennes - Bretagne Atlantique, Lamark développe des technologies permettant aux photographes et agences photos de protéger leurs images d'une façon unique. L'entreprise vient d'effectuer une première levée de fonds de 500 000 €. Cette opération constitue aussi un rapprochement commercial avec EED, le leader français de la veille média. L'enjeu : automatiser le processus de facturation.

Start-up créée en 2015 dans le sillage de travaux menés au centre de recherche Inria Rennes - Bretagne Atlantique, Lamark développe des technologies permettant aux photographes et agences photos de protéger leurs images d'une façon unique. L'entreprise vient d'effectuer une première levée de fonds de 500 000 €. Cette opération constitue aussi un rapprochement commercial avec EED, le leader français de la veille média. L'enjeu : automatiser le processus de facturation.

85% des images trouvées sur le web sont des... copies illégales, à en croire le Syndicat européen des agences photos. De fait, dès qu'un photographe met en ligne son book ou sa photothèque, il court le risque de se faire piller son travail sans même le savoir. Fut un temps, une parade un peu rudimentaire consistait à placer un filigrane sur chaque image. Un tatouage aussi disgracieux que peu probant : aujourd'hui, n'importe quel logiciel de retouche peut enlever ce marquage d'un coup de clic. Une autre approche bien plus prometteuse vise à glisser dans le fichier une marque d'identification à la fois discrète et indélébile. Toutefois, cela ne résout en rien l'autre partie du problème : impossible de passer des milliers d’heures à scruter l'immensité du web pour tenter d'y débusquer d'éventuelles publications illicites.

Créée en 2015 dans le prolongement de recherches menées à Inria (1), Lamark développe une solution innovante qui répond à ces deux défis. “Nous combinons deux technologies clés qui se marient bien, résume Jonathan Delhumeau, directeur technique. Tout d'abord : un système de tatouage invisible et robuste. Il nous permet d'insérer des métadonnées que l'on peut récupérer même si le fichier est fortement altéré lors d'un recadrage par exemple ou s'il fait l'objet d'un tirage. Deuxièmement : un outil de recherche visuelle basée sur la reconnaissance d'images similaires. Nous prenons le contenu visuel des images de nos clients pour en extraire des empreintes numériques. Ce qui nous permet ensuite d'aller parcourir le web à la recherche d'empreintes similaires.” Une fraction de seconde suffit aux algorithmes de Lamark pour trouver les images similaires dans une base de très grande taille.

Un lien permanent entre la photo et les métadonnées

En parlant de métadonnées, nous avons fait un test en début d'année sur 82 000 photos provenant de 120 sites français d'actualité,” raconte Mathieu Desoubeaux, Pdg. Résultat : “seulement 3,6% de ces images possédaient encore des métadonnées. EXIF, IPTC, XMP, mots clés, légende, crédit : tout a disparu !  Surpris ? “Pas vraiment. Aujourd'hui, la plupart des applications pour publier sur le web suppriment systématiquement les métadonnées dans le but annoncé de réduire le poids des fichiers. Cela a pour effet non seulement de dissocier l'image de son auteur, mais aussi de la priver de tout le contenu textuel qui pouvait aider à la comprendre. Mais nous avons une solution robuste qui empêche d'effacer toutes ces données d'origine.

Lamark travaille actuellement pour des agences photos comme Max PPP, Hans Lucas, Roger Viollet ou La Parisienne de Photographie. “À ce jour, nous avons marqué plus de 5 millions d'images pour nos clients.” Un chiffre qui devrait vite évoluer car l'entreprise “discute actuellement avec plusieurs grands noms du secteur.” Cela dit, “notre technologie s'adresse aussi aux photographes indépendants. Pour ces auteurs en free-lance, nous avons lancé imatag.com, un service en ligne de protection qui leur permet de montrer leur book ou leur photothèque. On peut ouvrir un compte gratuitement et déposer jusqu'à 1 GO d'images. Ensuite, il en coûte 10 € par mois pour un volume de 100 GO. Les photographes reçoivent une notification à chaque fois que notre système repère l'une de leurs photos sur une publication. Ils peuvent aussi choisir de partager ces images protégées sur les réseaux sociaux, etc.

Première levée de fonds

La startup vient d'effectuer une première levée de fonds à hauteur de 500 000 €. L'investisseur : EDD, leader de la veille médias en France (2). Au delà d'un financement, “il s'agit aussi d'un partenariat commercial.  EDD souhaite “élargir sa technologie de marquage des contenus textuels aux domaines de l'image et de la vidéo, pour l'extension du champ de ses applications d'automatisation de reconnaissance et de valorisation des droits.  De son côté, Lamark va pouvoir déployer son outil de recherche sur un vaste catalogue de coupures de presse disponibles en format PDF.

Autre enjeu : la facturation automatique. Aujourd'hui, avant de percevoir leurs royalties, les agences photo doivent passer un temps considérable à parcourir les supports de leurs clients afin de répertorier les images vendues, calculer les montants et envoyer une facture accompagnée d'une preuve de publication, généralement une coupure de presse. “Ce sont encore des tâches manuelles. Elles coûtent beaucoup d'argent non seulement aux agences mais également aux journaux qui passent, eux aussi, beaucoup de temps à faire les mêmes calculs. Nous pouvons automatiser ce processus en utilisant notre technologie de recherche d'images sur les fichiers PDF issus des flux de presse. Et c'est là qu'EDD rentre en jeu. Ils possèdent une énorme base d'articles couvrant la presse française à laquelle nous allons avoir accès. Il y a donc beaucoup de synergies en perspective car notre technologie va aider à protéger les contenus mais aussi permettre aux médias de dématérialiser leurs relations avec leurs fournisseurs d'images.

------
Notes :

(1) Les fondateurs de Lamark sont : Mathieu Desoubeaux, Pdg, Jonathan Delhumeau, directeur technique, Teddy Furon, spécialiste tatouage et Vivien Chappelier, architecte systèmes. La recherche initiale dans le domaine a été menée à l'Inria par les scientifiques Teddy Furon et Hervé Jégou, ce dernier ayant rejoint depuis l'unité de recherche en intelligence artificielle de Facebook. Le système de tatouage est une technologie brevetée par Lamark.

(2) Anciennement Européenne De Données, EDD est le leader français de la veille média avec un catalogue de 180 millions de documents auquel s'ajoutent chaque jour 60 000 nouvelles coupures.