Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 46

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2017 Lettre d'information n° 46 Des logiciels Inria sous la loupe de futurs managers
Document Actions

Des logiciels Inria sous la loupe de futurs managers

Professeure à la Rennes School of Business, Carole Bonanni consacre un cours au management des nouvelles technologies. Pour mettre ses étudiants face à des situations plus réalistes, elle les fait désormais plancher sur des logiciels issus des travaux de recherche du centre Inria de Rennes.

Professeure à la Rennes School of Business, Carole Bonanni consacre un cours au management des nouvelles technologies. Pour mettre ses étudiants face à des situations plus réalistes, elle les fait désormais plancher sur des logiciels issus des travaux de recherche du centre Inria de Rennes.

L'objectif de mon cours ? Amener mes étudiants à s'approprier une technologie innovante pour valoriser ses applications et développer une stratégie de croissance, explique Carole Bonanni. Ils vont devoir se poser toutes les questions pertinentes : quelles sont les spécificités de cette technologie ? Y a-t-il besoin de briques complémentaires ? Si oui, où les trouver ? Quelles sont les solutions concurrentes ? Mais aussi quelles sont les meilleures modalités pour se présenter sur le marché ? Quelle politique de licence adopter, etc. Tout cela va permettre de dérouler des concepts pour bâtir un éco-système, trouver des partenaires et développer de la valeur.

Pour illustrer son cours, l'enseignante puise des cas d'étude parmi les technologies élaborées au centre Inria Rennes – Bretagne Atlantique. “Lors d'un événement à la French Tech, j'avais eu l'occasion de rencontrer Laure Aït-Ali, chargée du transfert. Elle m'avait fait parvenir le catalogue des logiciels développés par le centre. Et cela me paraissait intéressant de faire travailler mes étudiants à partir de technologies un peu brutes de laboratoire. D'abord, cela exige toute une phase de recherche pour bien comprendre la nature de ces innovations et ce qu'elles peuvent apporter. Ensuite, ce sont souvent des briques technologiques. Il n'y a pas toujours les autres éléments qui pourraient être valeur de proposition. Il faut donc trouver ces technologies complémentaires, imaginer des partenariats, etc.

Après avoir passé en revue les 80 logiciels du catalogue, Carole Bonanni en a retenus une dizaine. Des outils aussi divers que GRT3D, un outil pour modéliser la dispersion des polluants chimiques dans le sous-sol, Blink, un brouilleur pour anonymiser la navigation web, ou encore Directors Lens, un logiciel de prévisualisation destiné aux cinéastes. “J'ai aussi choisi Taler, la nouvelle monnaie électronique conçue à Inria. Un cas d'étude passionnant car il permet de se pencher sur le domaine du paiement. Ce marché se trouve en pleine mutation. Des acteurs extérieurs au secteur bancaire traditionnel viennent modifier profondément les usages. Il y a eu d'abord Paypal, puis le phénomène BitCoin. En Chine, aujourd'hui, on voit émerger des solutions comme Wechat Pay ou encore , créée par le géant de l'e-commerce Alibaba. Avec Taler, on est en plein dans le sujet. Les étudiants ont rapidement compris son fonctionnement et sa spécificité. Ils ont pu ensuite engager tout le questionnement sur le management de cette innovation.”

Ces exercices de brainstorming donnent lieu ensuite à des présentations. “J'ai assisté à la restitution où cinq groupes exposaient leurs résultats, témoigne Laure Aït-Ali. Certains ont produit un très bon travail avec des propositions vraiment intéressantes. J'ai d'ailleurs transmis certains de ces exposés aux chercheurs à titre d'information.” Expérience concluante aussi pour Carole Bonanni. “Je vais le refaire l'année prochaine. J'espère aussi qu'avec mes étudiants, nous pourrons visiter le centre de recherche et assister à des démonstrations. Ce contact avec les chercheurs et les ingénieurs nous permettra de mieux appréhender ces innovations.