Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 25

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2013 Lettre d'information n° 25 Un I-Lab sur la réalité augmentée
Document Actions

Un I-Lab sur la réalité augmentée

Initié en 2010 par Inria, I-Lab est un dispositif qui vise à favoriser le transfert de technologie vers les PME. Le principe : associer une entreprise et une équipe de recherche autour d'un projet de R&D. Agence rennaise spécialisée dans l'image de synthèse pour l'architecture, Artefacto est la première société à expérimenter ce nouveau modèle de coopération dans l'ouest. Son co-gérant, Erwan Mahé, dresse un premier bilan d'étape.

Initié en 2010 par Inria, I-Lab est un dispositif qui vise à favoriser le transfert de technologie vers les PME. Le principe : associer une entreprise et une équipe de recherche autour d'un projet de R&D. Agence rennaise spécialisée dans l'image de synthèse pour l'architecture, Artefacto est la première société à expérimenter ce nouveau modèle de coopération dans l'ouest. Son co-gérant, Erwan Mahé, dresse un premier bilan d'étape.

L'œil rivé à l'ordinateur, les ingénieurs d'Artefacto ne prêtent aucune attention au footballeur du Stade Rennais qui s'échauffe sur un coin de leur bureau. Et c'est normal : le sportif apparaît uniquement lorsque l'on visionne la scène à travers une tablette ou un smartphone. Le personnage est incrusté dans le décor par un système de réalité augmentée. Mieux : cette image virtuelle s'adapte en temps réel aux changements de cadrage effectués par l'utilisateur.

Au-delà du clin d'oeil ludique, cette technologie permet désormais aux architectes d'offrir à leurs clients une visualisation des projets par images de synthèse 3D. Et cela non seulement en studio, mais aussi sur le terrain, là où les vrais murs ne sont pas encore sortis de terre. Le tout à partir des simples fichiers Sketchup (1) géo-référencés et pour moins de 2 000 euros par an.

Partenariat un cran au-dessus

Cette innovation arrive au terme de plusieurs années de recherche durant lesquelles la PME de 35 personnes a multiplié les collaborations avec différentes équipes Inria, expérimentant tour à tour les multiples modalités possibles de partenariat : projet ANR, programmes européens Eurêka et Eurostars, Fonds FUI... Franchissant un nouveau cap, Artefacto est aussi la première (2) dans l'ouest à tester la formule du I-lab. En l'occurrence, l'entreprise s'associe à Lagadic, une équipe de recherche (3) spécialisée dans la vision robotique.

“C'est une forme de collaboration un cran au-dessus, témoigne Erwan Mahé. Nous le vivons un peu comme un mariage. Nous accolons nos deux noms et nous travaillons très étroitement ensemble. Nous avons réparti les tâches en deux groupes. Le pôle vision chez Lagadic. Le pôle scénarisation chez Artefacto.” De part et d'autre, au total quatre personnes consacrent l'essentiel de leur temps au projet financé pour moitié par chaque partenaire. Budget total : 800 000 €. “De notre côté, nous avons embauché deux personnes au niveau doctorat. Ce qui rend le dialogue avec le centre de recherche encore plus intéressant.” Parmi les enjeux : la gestion des variations lumineuses mais aussi la robustesse 3D temps-réel. “Il ne faut surtout pas que le système décroche ou qu'il produise des sauts d'image.

Intégrer les résultats

La feuille de route scientifique a été définie par le chercheur Éric Marchand. “Il a tracé un chemin. Nous marchons dans ses pas en toute confiance. Dans son domaine, c'est l'un des meilleurs en France. Son plan s'articule autour de six points sur une période de quatre ans. Nous sommes en année deux. Il se peut que certains éléments se dégagent plus que d'autres. Auquel cas, c'est à eux que nous consacrerons tous nos efforts d'industrialisation. Car le but ultime est d'intégrer ces résultats dans notre ligne de produits.

 Erwan Mahé se souvient d'une époque pas si lointaine où Artefacto déployait des actions de R&D sur beaucoup de domaines sans pouvoir toujours concrétiser directement ces investissements. “Notre effort de recherche finissait par mettre en péril l'équilibre de l'entreprise. Heureusement, à ce moment crucial, tout le monde nous a aidé : Région, Département, Agglomération... Aujourd'hui, nous sommes sortis de cette séquence. Nous avons finalisé EvenSee, une plate-forme pour l'événementiel et UrbaSee, notre gamme d'outils innovants pour l'architecture.” L'entreprise enregistre désormais un taux de croissance de 30% par an et commence à regarder au-delà des frontières.

 


- - - - - -
Notes :
(1) SketchUp est un logiciel de modélisation 3D, d'animation et de cartographie pour l'architecture.
(2) Les quatre autres I-labs déjà lancés associent: Idées-3com à l'équipe-projet Mint, Numtech à l'équipe Clime; Distene à l'équipe Gamma 3; Artelys aux équipes Tao et Maxplus.
(3) Lagadic est une équipe commune Inria, Université Rennes 1, CNRS