Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 25

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2013 Lettre d'information n° 25 Des outils pour mieux concevoir les logiciels
Document Actions

Des outils pour mieux concevoir les logiciels

L'ingénierie des modèles vise à développer des abstractions pour s'émanciper du code et concevoir ainsi plus facilement des logiciels. À Rennes, l'équipe de recherche Triskell* développe des environnements de programmation afin de tirer partie de ces techniques.

L'ingénierie des modèles vise à développer des abstractions pour s'émanciper du code et concevoir ainsi plus facilement des logiciels. À Rennes, l'équipe de recherche Triskell* développe des environnements de programmation afin de tirer partie de ces techniques.

Des logiciels pour fabriquer des logiciels qui à leur tour serviront à construire quelque chose. Un écran dans un avion ou une pièce dans une voiture. Voilà dans le fond l'objet de nos recherches. Pour l'essentiel, nous nous situons  au niveau générique”, résume Benoît Baudry, responsable de l'équipe Triskell, au centre rennais d'Inria.

Colonne vertébrale de ces travaux : Kermeta. “Il s'agit à la fois d'un langage de programmation et d'un environnement constitué d'outils. Nous nous servons d'ailleurs de cette plate-forme pour fabriquer nos propres logiciels. Nous en développons une grande quantité pour une multitude d'usages spécifiques.”

Kermeta s'adresse à ces ingénieurs qui conçoivent du logiciel quel qu'en soit le domaine. “Nous cherchons à résoudre, de façon générique, des problèmes intrinsèques aux logiciels. Peu importe qu'il s'agisse de réguler le chauffage dans une maison ou de faire fonctionner un tableur en bureautique. Ces systèmes de grandes tailles sont développés par des équipes multiples qui les entretiennent sur des décennies et les font évoluer au gré des technologies, pour passer du PC à la tablette par exemple.

Capitaliser sur l'abstraction

Qui sont les utilisateurs de Kermeta ? “Thales, Airbus et EDF s'en servent par exemple pour capitaliser de la connaissance, des bonnes pratiques, des procédures systématiques de développement logiciel. Ces groupes possèdent tellement de recul sur la façon dont ils travaillent qu'ils sont capables de formaliser leur production logicielle à travers des modèles abstraits. Pour raisonner à ce niveau, il faut à la fois l'expérience et la taille. Il faut aussi que le domaine requière de fabriquer tellement de systèmes différents que l'entreprise éprouve le besoin de capitaliser sur l'abstraction. Elle veut des procédures unifiées pour concevoir du logiciel servant aussi bien à l'aéronautique qu'à la monétique.” Cela dit, Kermeta n'est pas l'apanage des géants industriels. Des PME l'utilisent aussi ponctuellement pour des projets qui leur sont spécifiques.

Parmi les autres outils élaborés par Triskell, figure Kevoree. Ce cadre de développement s'adresse à des entreprises, grandes et petites, qui veulent fabriquer du logiciel agrégeant des informations en provenance de réseaux très variés. “On récupère des données d'un capteur, d'une caméra vidéo ou d'un disque dur. Il faut gérer des entités distribuées, des morceaux de programmes qui s'exécutent sur des plates-formes hétérogènes. Pour ce faire, le système doit connaître les formats de données, les protocoles de  communication... Kevoree offre une abstraction permettant de raisonner sur tout cela comme de simples nœuds distribués dans l'espace et des logiciels qui s'exécutent dessus.”

Ces caractéristiques en font un outil tout trouvé pour l'industrie de la domotique, mais aussi pour le monde du web. Triskell collabore d'ailleurs actuellement avec Zenexity, une agence parisienne qui conçoit un environnement de développement destiné à fabriquer des applications Internet plus flexibles. Le rapprochement prend la forme d'une thèse Cifre (1). Ce dispositif, permet à une entreprise de recruter un doctorant encadré par un laboratoire de recherche académique. “C'est un schéma que nous utilisons beaucoup. Notre équipe accueille actuellement six doctorants Cifre, dont quatre en partenariat avec des PME.

Il s'agit souvent alors de mener une recherche plus spécialisée. “Nous travaillons par exemple avec Kereval, une entreprise spécialisée dans le test logiciel. Nous avons développé un outil qui facilite leur métier de testeur. Il s'agit en l'occurrence de gérer ce qu'on appelle les lignes de produits logiciels (2). C'est un domaine de recherche très porteur que nous étudions de très près.

---------
Notes :

*Triskell est une équipe Inria commune avec l'Insa de Rennes, l'université de Rennes 1 et le CNRS.

(1) Conventions Industrielles de Formation par la REcherche. Le dispositif Cifre subventionne toute entreprise française qui embauche un doctorant dans le cadre d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public.
(2) Le regroupement des activités de développement d'un ensemble de logiciels appartenant à un domaine particulier pour diminuer le temps et les coûts de fabrication.