Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 28

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2013 Lettre d'information n° 28 Une plate-forme web pour stimuler l'innovation
Document Actions

Une plate-forme web pour stimuler l'innovation

Produire du lien. Rapprocher les chercheurs et les entreprises. Favoriser le transfert de technologie. Telles sont les ambitions d'iCOMMUNITY. Proposé par Inria avec l'aide d'Allistène*, le nouveau site tient à la fois de la galerie de services et du réseau social. Visite guidée avec Dimitri Tate, chef de projet et gestionnaire de communauté.

Produire du lien. Rapprocher les chercheurs et les entreprises. Favoriser le transfert de technologie. Telles sont les ambitions d'iCOMMUNITY. Proposé par Inria avec l'aide d'Allistène*, le nouveau site tient à la fois de la galerie de services et du réseau social. Visite guidée avec Dimitri Tate, chef de projet et gestionnaire de communauté.

En 2010, la France représentait 16,4% des dépenses de R&D dans l'Union européenne. Mais elle ne comptait que pour 14% des dépôts de brevets (1). Derrière ce différentiel, un constat : les résultats de la recherche publique peinent parfois à quitter les laboratoires pour trouver un prolongement dans les entreprises. Une des explications tient au manque de porosité entre le monde académique et le tissu économique. C'est précisément pour tisser de nouvelles passerelles entre l'un et l'autre qu'Inria inaugure iCOMMUNITY.

Cette plate-forme s'adresse donc d'abord “aux entreprises du numérique qui veulent innover avec la recherche publique”, explique Dimitri Tate. Sont invités à y adhérer : “les partenaires institutionnels comme les pôles de compétitivité, les chercheurs et collaborateurs d'Inria, mais aussi les scientifiques d'autres instituts français.” Le projet est porté par la direction du transfert et de l'innovation (DTI) et celle de la communication. “Avec Marie Gallas-Amblard (2), nous avons choisi de charpenter ce site autour de six rubriques principales. La première s'appelle transfert technologique. Elle apporte un premier niveau d'information aux entreprises souhaitant travailler avec Inria : à qui s'adressent ces partenariats, quelles sont les étapes et les modalités pour mettre en place une collaboration, dans quels domaines d'applications se déploient nos recherches, les moyens de financement…” Autant de pistes pour amorcer un rapprochement avec quelques-uns des 3400 scientifiques qui constituent les 170 équipes réparties à travers 8 centres en France.

Une centaine de logiciels

Autre point d'entrée : le patrimoine technologique d'Inria. Ce catalogue non exhaustif détaille une centaine de logiciels prototypes. Il se présente “sous forme de fiches descriptives qui mentionnent les domaines d'application potentiels, la nature de la licence, les langages, l'environnement... Les entreprises intéressées par ces technologies peuvent effectuer une prise de contact immédiate. Le message parvient directement au responsable transfert du centre Inria où la technologie en question est développée. Bientôt, nous publierons aussi la liste des principaux brevets.

Le site prend ensuite une dimension interactive avec la rubrique communautés. Il s'agit d'un espace où, après création d'un compte, des discussions peuvent s'ouvrir pour échanger sur des domaines d'applications, des technologies...  “Avant de lancer iCOMMUNITY, nous sommes allés à la rencontre des  entreprises et des chercheurs pour mieux connaître leurs pratiques. Dans cette enquête, un élément est très vite apparu : le besoin de confidentialité des échanges. Nous avons donc introduit deux niveaux de discussions possibles : public ou privé. Quand un utilisateur lance une discussion, il peut choisir d'en restreindre l'accès. Il voit l'annuaire des membres. Il lui suffit de sélectionner les personnes avec qui il souhaite échanger. À l'inverse, il peut décider d'ouvrir ces débats à tous.

Comment le site va-t-il cohabiter avec les autres plates-formes communautaires qui scintillent dans la galaxie Inria ? “Nous n'avons pas vocation à nous substituer à toutes ces initiatives. Nous nous en ferons plutôt le relais en tissant des passerelles. Des rapprochements s'effectueront au cas par cas au gré des opportunités et des affinités. Il en va ainsi de Mobile Jungle, la plate-forme née de l'Initiative Services Mobiles, qui va opérer une migration vers Icommunity.

Premières impressions après quelques mois d'existence ? “Nous enregistrons des retours très positifs. Mais naturellement, nous n'en sommes qu'au début. Ce type de plate-forme se construit sur la durée. Nous nous situons toujours dans une phase de lancement. À nous de faire connaître iCOMMUNITY, de convaincre nos partenaires de s'y investir et de leur donner envie de participer.

-------
Notes :

(*) Alliance des sciences et technologies du numérique, Allistene est portée par la CDEFI, le CEA, le CNRS, la CPU, Inria et l’Institut Télécom. Ses membres associés sont l’Inra, l’INRETS et l’Onera.
(1) Brevets européens originaires de l’UE. Source: OEB.
(2) Directrice adjointe à la Direction de la Communication. Responsable de la communication pour le transfert.