Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 27

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2013 Lettre d'information n° 27 Conférence Interspeech 2013 à Lyon
Document Actions

Conférence Interspeech 2013 à Lyon

La conférence internationale des sciences de la parole se déroule cette année en Europe. Rendez-vous à Lyon du 25 août au 29 août. C'est la candidature portée par Inria qui a été retenue pour organiser l'édition 2013. Le centre de recherche de Rennes fournit une grande partie du support logistique, comme l'explique Frédéric Bimbot, le scientifique en charge de l'événement.

La conférence internationale des sciences de la parole se déroule cette année en Europe. Rendez-vous à Lyon du 25 août au 29 août. C'est la candidature portée par Inria qui a été retenue pour organiser l'édition 2013. Le centre de recherche de Rennes fournit une grande partie du support logistique, comme l'explique Frédéric Bimbot, le scientifique en charge de l'événement.

Près de 1500 chercheurs du monde entier arriveront dans la capitale des Gaules fin août, pour la conférence internationale de référence en sciences de la communication parlée. “Interspeech recouvre tous les aspects liés au langage en tant que phénomène social et non pas uniquement technologique. On y parle d'informatique, de traitement du signal, mais également de linguistique, de phonologie... On s'intéresse aussi, par exemple, à la façon dont certaines pathologies altèrent la production de la parole,” explique Frédéric Bimbot, chercheur au centre rennais d'Inria et président de cette 14ème édition (1).

L'événement est placé sous l'égide de l'International Speech Communication Association (ISCA) qui a confié à Inria le soin d'organiser ce millésime 2013. “Une manifestation d'une telle ampleur ne s'improvise pas. Elle se prépare sur la durée. Nous travaillons sur ce projet depuis 2007. Nous avions présenté une première candidature en 2011. Nous avons été retenus cette année. Inria est l'entité juridique contractante auprès de l'ISCA, mais nous travaillons avec plusieurs partenaires : l'Université de Lyon, l'Association Francophone de la Communication Parlée (AFCP), le CNRS et les universités françaises.”  La conférence aura lieu à la Cité internationale de Lyon.

Une cinquantaine de personnes en France interviennent à des degrés divers dans la préparation logistique de l'événement. Une bonne partie se trouve à Rennes.  “Le pôle manifestations scientifiques du service Relations Extérieures et Valorisation du centre est très fortement mobilisé. Il nous épaule depuis le début du projet pour définir et coordonner les multiples volets de l'événement : le choix et la configuration du lieu du congrès, les interactions entre les divers éléments du programme de la conférence, les relations et l'accueil des participants, les prestations spécifiques pour les étudiants, les tutoriels, les événements sociaux, les contacts et les relations avec les sponsors, etc…  Avant de l'avoir fait, on n'imagine pas la multitude des tâches et leur imbrication pour une conférence de cette taille… Heureusement que l'on peut s'appuyer sur l'expérience d'une équipe qui connait bien les rouages et comprend nos besoins.

Six sessions simultanées

D'autres services d'Inria sont également mis à contribution pour l'événement : “le service administratif et financier qui nous aide à passer les marchés et qui gère les engagements budgétaires, le service communication qui nous guide pour rendre l'événement visible au-delà du strict périmètre des spécialistes, etc... Nous confions certaines tâches à des prestataires extérieurs en raison de la taille même de l'événement. Nous prévoyons des sessions se déroulant simultanément dans six salles capables d'accueillir chacune 150 personnes. Nous aurons également un forum pour les exposants, un espace de démonstrations...

Le budget d'une telle conférence dépasse le demi-million d'euros. “Notre service technique est lui aussi très impliqué. Il nous aide en particulier à déployer les moyens informatiques nécessaires. Nous aurons sur place une personne qui filmera les conférences plénières pour les diffuser sur notre site web.” Et rendez-vous aussi sur Twitter.

Voilà pour la logistique. Même effervescence côté scientifique. “Un comité de 30 membres coordonne l'analyse des articles qui nous sont soumis et délègue l'évaluation à plusieurs centaines de relecteurs. Les évaluateurs ont retenu 750 papiers. Nous avons reçu au total plus de 1500 propositions. Ce qui constitue un record.

Une communauté pluridisciplinaire

Cette édition 2013 met l'accent sur le thème de la communication parlée dans les sciences de la vie et les sociétés humaines. “La parole fait partie de notre quotidien biologique au sens large. L'analyse automatique des caractéristiques vocales peut contribuer par exemple à diagnostiquer certaines pathologies ou aider des orthophonistes à évaluer des résultats de traitements. Ce sont tous ces aspects que nous voulons mettre en avant.” L'autre passerelle rejoint les sciences humaines et la dimension sociale de la parole. “Une des grandes réussites de notre communauté est d'avoir su se fédérer très tôt de façon transversale autour de nombreuses disciplines : acoustique, sciences du langage, socio-linguistique... Cela devient encore plus pertinent à mesure que se développent des interactions avec des avatars, des personnages plus ou moins virtuels. Le rôle de la communication parlée dans ces interactions requiert toute une analyse sociologique” ponctuée d'un contingent de nouvelles questions : “Comment un robot animé doit-il parler et s'adapter à son interlocuteur ? Comment ces nouvelles technologies peuvent évoluer du fait de notre façon d'interagir vocalement avec nos semblables grâce à elles ?

Les scientifiques voient également poindre un “autre thème très prometteur” qui relie beaucoup de ces aspects : l'interface cerveau machine en lien avec le langage. L'enjeu ? “Par exemple aider les gens présentant des troubles de la perception ou de la production du langage. L'objectif est aussi de développer de nouveaux modes de communication faisant intervenir à la fois le langage et les processus cognitifs. Cette dimension cognitive constituera l'un des centres d'intérêt de nos débats.


-------
Note :

(1) La conférence est co-présidée par Cécile Fougeron (LPP CNRS / Université de Paris 3) et François Pellegrino (DDL CNRS / Université de Lyon 2). Frédéric Bimbot, DR CNRS, est membre de l'équipe de recherche Panama.