Skip to content. | Skip to navigation

Emergences

Lettre d'information n° 26

Image emergences pour impression
Personal tools
You are here: Home 2013 Lettre d'information n° 26 Trois fellows IEEE à Rennes
Document Actions

Trois fellows IEEE à Rennes

François Chaumette, Christine Guillemot, André Seznec. Trois chercheurs du centre Inria de Rennes viennent d'être élevés au rang de fellow par l'Institute of Electrical and Electronics Engineers, la plus grande société savante internationale. Très prisée outre-atlantique, cette distinction honore des scientifiques au parcours déjà reconnu.

François Chaumette, Christine Guillemot, André Seznec. Trois chercheurs du centre Inria de Rennes viennent d'être élevés au rang de fellow par l'Institute of Electrical and Electronics Engineers, la plus grande société savante internationale. Très prisée outre-atlantique, cette distinction honore des scientifiques au parcours déjà reconnu.

400 000 membres. 36 organisations internes. 1 300 conférences. 150 journaux. L'IEEE constitue la plus grande société savante des États-Unis, mais aussi de la planète. Chaque année, la vénérable institution élève une poignée des siens au rang de fellow members. Le millésime 2013 retient 297 nouveaux noms. Dont onze en France. Trois au centre Inria de Rennes.

Traitement du signal

Parmi les heureux élus : Christine Guillemot, responsable de l'équipe Sirocco et membre de la Signal Processing Society, une des composantes de l’IEEE. “C'est une distinction attribuée sur proposition d'un pair (ou fellow) du domaine. On ne postule pas. On est coopté. Quelqu'un suggère votre nom. Le ‘nominator’ doit justifier sa proposition, expliquer son choix, sélectionner des travaux significatifs et aussi établir une liste de 5 à 8 scientifiques référents parmi les ‘seniors fellows’ de la société. À leur tour, ces personnalités reconnues du domaine vont  devoir s'exprimer sur la qualité et l'impact des contributions scientifiques du chercheur. Les nominations sont ensuite évaluées par un comité de 50 pairs qui votent et établissent la liste finale. Aucune de ces personnes ne doit avoir de conflit d'intérêt potentiel avec le fellow pressenti. Ce sont des gens que je connais, mais avec qui je n'ai jamais travaillé.

 La chercheuse est saluée pour ses travaux sur le traitement d'image et la compression vidéo. “Sur cette thématique, c'est l'IEEE qui publie les journaux les plus renommés et les plus cités.” Christine Guillemot a d'ailleurs participé aux comités éditoriaux de trois de ces revues (1) pendant un total de huit ans. “Cela fait partie de notre travail de chercheur. J'ai rendu ces mandats. Je reste cependant impliquée dans la société. Je siège dans deux comités techniques (2). Ces comités gèrent en particulier les conférences IEEE.  L'une d'entre-elles s'est d'ailleurs tenue à Saint-Malo, en 2010.

Robotique

Distingué pour ses travaux sur la commande des robots par asservissement visuel, François Chaumette, est membre de la Robotics and Automation Society, une autre composante de l'IEEE. “C'est à ce niveau-là que mon nom a été proposé. En robotique, au niveau national, nous sommes donc désormais trois fellows IEEE en exercice avec Jean-Paul Laumond, au Laas, et Raja Chatila, à l'Isir. Certes, en France, cette distinction n'entre pas directement en ligne de compte dans l'évaluation de l'excellence scientifique, mais elle représente quand même une forme de reconnaissance appréciable.

 La distinction confirme aussi l'intérêt des choix défendus par ce chercheur responsable de l'équipe Lagadic. “Nous empruntons une voie qui n'est pas la plus commune : la plupart de nos confrères reconstruisent un monde 3D pour aider le robot à se localiser. Nous, au contraire, nous recourrons le moins possible à cette 3D. Nous défendons l'idée que l'information contenue dans l'image suffit amplement pour commander la machine. Cette idée ne doit pas être si stupide que cela !

Architecture de processeurs

Responsable de l'équipe ALF, André Seznec, lui, se voit honoré pour ses contributions à la prédiction de branchements et à la mémoire cache sur les architectures de processeurs. Surpris ? “Pas vraiment. L'IEEE choisit des personnes déjà reconnues au sein de leur communauté. Moi, cela fait 20 ans que je laboure mon champ.  Comblé ? “Je l'étais déjà. Intel m'a décerné sa Research Impact Medal. Une façon pour le constructeur de dire qu'il incorpore mes résultats de recherche dans ses processeurs. Rien de plus valorisant.

Les deux plaques honorifiques se retrouveront donc bientôt côte à côte sur un coin d'étagère dans son bureau. “Aux États-Unis, la fellowship IEEE représente un élément important de visibilité, non seulement pour les chercheurs à titre personnel, mais aussi, et peut-être surtout pour les départements des universités. Là-bas, on compte le nombre de fellows et on s'en flatte. En Europe, c'est une autre culture. Les fellows sont aussi plus rares. Jusqu'à présent, à ma connaissance, le centre Inria de Rennes n'en comptait qu'un seul : Albert Benveniste, distingué en 1991. Trois nouveaux d'un seul coup, c'est assez exceptionnel.

--------
Notes :

(1) Transactions on Image Processing, Transactions on Circuits and Systems for Video Technology et Transactions  on Signal Processing.
(2) International Multidimensional Digital Signal Processing (IMDSP) et International Multimedia Signal Processing (MMSP).